3 erreurs esthétiques dans les jardins

3 erreurs esthétiques dans les jardins

 

Voici un sujet délicat à aborder dans les jardins : celui des fautes de goût ou erreurs esthétiques.

Mais pourtant, comme j’aime le rappeler sur le blog :

 

Il n’y a pas un style de beaux jardins il y en a plusieurs.

 

Ne me demandez pas si je trouve le style « jardin japonais » plus beau que les « jardins anglais ». Ou bien si je préfère les « jardins très contemporains minimalistes » ou les « jardins naturels plutôt fouillis ». Je les aime tous 🙂

Je trouve qu’il y a vraiment de beaux jardins dans tous les styles. Parfois je me permets même de mélanger un peu les styles entre eux. Par exemple je trouve intéressant de légères petites touches exotiques mêlées à des hortensias bretons ou alors adoucir les lignes d’un jardin très contemporain avec des petites plantes vivaces florifères toutes mignonnes.

Ce qui est intéressant c’est de créer le jardin qui corresponde à nos goûts, nos envies, nos aspirations (ou a ceux de notre client si l’on est paysagiste). Une ambiance dans laquelle on se sente bien avant-tout.

 

Mais alors, si tout est permis, pourquoi parler d’erreurs esthétiques dans le titre de cet article ?

 

Et bien parce que vos goûts peuvent être plus ou moins bien mis en valeur… il y a quelques règles à respecter pour créer de l’harmonie, et cela quel que soit le style de votre jardin.

Voici 3 erreurs esthétiques à éviter absolument !!! 😉

 

Erreur esthétique n°1 : Trop de matériaux différents au jardin

 

Dans l’aménagement des jardins on retrouve certaines règles identiques à la décoration intérieure :

 

  • 2 voir 3 matériaux maximum dans le jardin pour que cela soit élégant

 

Je parle bien sûr des revêtements de sol extérieurs qui ne doivent pas être trop nombreux pour ne pas donner un effet patchwork.

L’idéal c’est de retrouver certains matériaux de la maison dans l’aménagement du jardin; les rappels de la sorte sont très réussis.

Pensez également au matériau au sol dans votre maison qui compte pour un matériau (parmi les 3 autorisés) si vous avez des baies qui donnent sur l’extérieur. Notez qu’il est très réussi de prolonger le matériau de l’intérieur pour la terrasse. Ce n’est pas grave si ce n’est pas exactement le même matériau (cela serait d’ailleurs compliqué !) mais essayez de vous en rapprocher au maximum.

Par exemple : prolonger un parquet avec une terrasse bois posée dans le même sens ou encore prolonger un carrelage avec des dalles céramiques extérieures de même dimension.

 

Pourquoi 2 à 3 matériaux maximum ?

Ça agrandi l’espace visuellement, c’est reposant car moins chargé à l’oeil.

 

  • Des matériaux avec un contraste de taille important pour ne pas charger

 

J’entends par là que les matériaux de grand format ou bien les surfaces uniformes comme les espaces gravillon limitent le nombre de lignes formées par les joints.

Vous pouvez mixer par exemple : De grandes dalles de pierre + du bois + des gravillons mais évitez un pavage +un dallage + une terrasse bois. Par contre un pavage simple est ravissant bien sûr.

 

Pourquoi ?

Ce n’est pas reposant, cela fait trop de lignes dans tous les sens.

 

  • Privilégiez les matériaux “ton sur ton” ou avec 1 SEUL et unique contraste de couleur

 

C’est là aussi la même chose qu’en décoration intérieure. Si vous ne voulez pas vous lasser, choisissez des couleurs neutres et “ton sur ton” comme le beige et le gris. Vous pourrez apporter des touches de couleur avec votre mobilier de jardin, de grands pots ou bien par les floraisons.

Vous avez une porte d’entrée et des fenêtres couleur anthracite ?  Il est alors intéressant de faire un rappel de cette couleur dans les matériaux du jardin avec peut-être des dalles couleur ardoise.

Vous pouvez faire un contraste de couleur si vous voulez donner encore plus de caractère à l’aménagement mais surtout N’EN FAITES PAS TROP !

Par exemple, il est envisageable de contraster des dalles anthracites avec des galets blancs mais uniquement si vous avez une toiture en ardoise et des murs beiges ou blancs.

Si vous avez une toiture en tuiles, le rouge étant une couleur forte, il est préférable de ne pas rajouter de contraste avec des dalles anthracites pour que l’aménagement soit élégant. Vous comprenez ? Je vous conseillerai alors de partir sur des matériaux beige ou légèrement rosés.

De même, ne mixez pas plusieurs couleurs de paillages comme on voit parfois ! Vous voyez ce que je veux dire ? Ces décorations que certains font avec des galets de différentes couleurs, des paillettes d’ardoise, de la brique concassée etc. Soyez sobre ! Amusez-vous avec la végétation plutôt. Choisissez soit des paillettes d’ardoise OU des galets OU un autre paillage mais PAS PLUSIEURS PAILLAGES par pitié 🙂

 

Vous l’aurez compris, votre jardin ne doit surtout pas ressembler à un STAND D’EXPOSITION sur lequel on entasse les matériaux pour en mettre plein la vue des passants.
Choisissez plutôt de beaux matériaux sobres en harmonie avec les couleurs de votre habitation.
Les matériaux c’est un peu comme la toile de fond d’un tableau, ils ne sont pas là pour attirer l’oeil, ils sont là pour mettre en valeur la maison et la végétation. Ils assurent cette transition douce entre le bâtiment et la nature.

 

Erreur esthétique n°2 : La monotonie du « massif en triangle » ou le « massif haricot » isolé au milieu du jardin !

 

Quand vous dessinez un nouveau massif dans votre jardin gardez toujours à l’esprit que ça forme ne doit pas être dessinée au hasard :
Les lignes du dessin du jardin doivent être en cohérence avec les lignes de votre maison, c’est à dire PARALLÈLES ou PERPENDICULAIRES aux murs de votre maison mais jamais en biais s’il n’y a pas de mur en biais sur la maison.

 

massifs triangle et haricot

A NE PAS FAIRE !

massifs géométriques

OK.

 

Il est important de comprendre que le regard suit les lignes des paysages, on les appelle des lignes de fuite. Et quand elles sont cohérentes entre elles c’est beaucoup plus reposant pour le regard.

Si par malheur vous faites un massif seul et unique en haricot au milieu du terrain vous allez tellement attirer le regard dessus que cela ne va plus mettre en valeur la maison ni le reste du jardin qui vont sembler sans intérêt.

Vous comprenez ?

 

 

 

Je ferais tout de même une remarque pour nuancer mes propos : parfois un massif en triangle c’est joli ! Mais alors ce que j’ai dit avant n’a plus de sens ?! Sisi … l’exception c’est quand plusieurs lignes en biais se répètent et s’harmonisent entre elles, un vrai travail d’architecture paysagère ! Mais attention cela ne s’improvise pas, c’est même assez difficile à réussir comme aménagement. Parfois le résultat est très original.

Vous pouvez par ailleurs réaliser des massifs en courbes en rappel aux courbes de la nature mais pas en isolé comme le “massif haricot” ! Vous pouvez même faire que des massifs en courbe mais pas un ou 2 massifs en biais solitaires.

 

Erreur esthétique n°3 : Des espaces trop aménagés loin de l’habitation

 

Un aménagement paysager réussi c’est trouver le bon équilibre entre les constructions et la nature environnante. La transition ne doit pas être brutale. Je m’explique par des exemples beaucoup plus parlants :

Exemple : vous habitez en campagne et vous avez la chance d’avoir une jolie vue sur les prairies environnantes, votre maison est moderne avec des toits plats par exemple.
Vous pouvez alors aménager une entrée dans un esprit très contemporain avec des massifs géométriques. Cela a du sens puisque vous rappelez les lignes droites et le minimalisme du bâtiment, c’est très cohérent. Mais plus vous vous éloignez de la maison et plus je vous conseille de rester simple et naturel (massifs en courbes, paillage végétal plutôt que minéral…).

Le travail d’un paysagiste consiste à harmoniser les lieux, à intégrer les espaces entre eux. Ou encore à fondre les transitions pour qu’elles soient plus douces au regard.
C’est un peu comme un peintre qui mélange ses couleurs, qui les estompe plus il s’approche de la ligne de l’horizon.

Dans la même idée, évitez de délimiter avec des bordures vos massifs loins de la maison. Déjà parce qu’elles ne sont pas nécessaires pour faciliter l’entretien mais aussi parce que cela fait trop « aménagé ».

 

 

Pour conclure cet article n’oubliez pas :
Le secret c’est l’intégration des espaces, la cohérence des matériaux, les rappels !

J’espère ne pas vous avoir froissé en découvrant peut-être certaines de vos erreurs esthétiques au jardin. Cela est tout a fait pardonnable pour un particulier de faire ces petites erreurs. Mais ! Je dois vous avouer que quand c’est un collègue paysagiste qui les fait, je pense vraiment qu’il aurait du s’abstenir… de faire ce métier 😉

Si vous n’êtes pas encore très à l’aise avec ces règles esthétiques et que vous doutez beaucoup dans le choix des matériaux pour vos extérieurs, je vous conseille de feuilleter des magazines de décoration.  Observez les matériaux et essayez de comprendre pourquoi ils ont été choisis. Vous verrez, cela a presque toujours du sens ! vous allez développer votre oeil esthétique 🙂

 

  •  
    77
    Partages
  • 77
  •  
  •  
  •